Emmi Pikler
9 avril 2020
 

Maria Montessori

« Une manière de mesurer la pertinence d’un modèle éducatif est le niveau de bonheur d’un enfant »

Maria Montessori est la première femme à devenir médecin en Italie, au début du 20 ème siècle. C’est tout naturellement par la suite que le travail en psychiatrie l’attire, et c’est au travers de ses observations d’enfants issus de milieux sociaux-culturels variés que Maria Montessori va développer sa conviction que chaque enfant doit s’épanouir au travers de l’attention de l’adulte, qui adaptera l’environnement et les propositions faites à l’enfant au mieux pour lui permettre de s’épanouir et d’avoir un étayage suffisant pour devenir un adulte accompli et confiant en ses capacités.

Sa pédagogie s’ancre donc autour d’une vision globale de l’enfant (que ce soit sur un plan physique, psychique ou même spirituel). En aidant l’enfant à développer son autonomie, en étant à l’écoute de ses besoins et de son rythme, nous créons ainsi toutes les conditions pour qu’il puisse expérimenter ce dont il a envie et besoin, et pour lui permettre de s’épanouir pleinement.

L’enfant est alors acteur de ses choix, qui lui permettront d’acquérir des compétences particulières, sur lesquelles il prendra appui pour en développer d’autres et pour découvrir ce qu’il ne connait pas encore.

Maria Montessori s’appuie donc sur une vision holistique de l’enfant, et considère qu’éveiller sa curiosité à travers un aménagement de l’espace pensé et adapté lui permettra de s’orienter instinctivement vers ce qui le met en confiance et ce pour quoi il se sent compétent. La place de l’adulte est alors ici à repenser, afin de ne pas interférer outre mesure dans les découvertes de l’enfant, qui va développer ses propres expériences. L’adulte a donc alors un rôle observateur, et représentera une présence psychique vers laquelle l’enfant pourra se tourner si une difficulté se présente à lui.

Pré-Inscription