sapindenoel
Mon beau sapin, roi des forêts et roi des cités !
14 décembre 2021
 

Croire au Père Noël… mais surtout à ce qu’il incarne

Le Père Noël serait né il y a environ 1700 ans. Il s’appelait alors Nicolas de Myre, un riche évêque turc, qui distribuait des cadeaux et de la nourriture aux plus démunis, avant de mourir en martyr et d’être canonisé par l’église. La Saint-Nicolas a été inscrite dans le calendrier le 6 décembre ; d’ailleurs de nombreux pays d’Europe du Nord le célèbrent encore aujourd’hui ! Le nom de Santa Claus (Père Noël) est une déformation du terme néerlandais Sinter Klaas (Saint-Nicolas). Au cours du 12e siècle, un chevalier lorrain revenant de croisade passa par la ville italienne de Bari où étaient entreposées les reliques de Saint Nicolas. Et c'est lui qui introduisit le culte de ce Saint dans le Nord de la France. Cependant, les familles chrétiennes préférant que cette fête des enfants soit associée à la naissance de l'enfant Jésus, la tournée de Santa Claus fut annoncée dans la nuit du 24 décembre.

On se rappelle tous du jour où l’on a cessé de croire au Père Noël. Pour certains, un crève-cœur, pour d’autres, une anecdote amusante… Dans son vécu d’enfant, le Père Noël est toujours un être fascinant, il fait partie de la magie de Noël à laquelle on a finalement tous envie de croire, même les adultes ! Il est facile pour un enfant de croire au Père Noël car dans son monde, l’imaginaire occupe une place importante. Ce n’est pas de la naïveté, juste un rêve auquel on a envie de s’accrocher le plus possible. D’ailleurs les parents sont les premiers à entretenir la légende tant ils aiment voir leurs yeux briller…

C’est si facile d’y croire… Pour les touts-petits (2-4 ans), le Père Noël peut être un peu effrayant par sa stature et sa grosse voix. Il ne faut pas prendre cette peur à la légère et toujours rassurer un enfant craintif. En grandissant, il finit par adorer cet impressionnant personnage. Il le voit en images, il peut l’entendre parler et même, parfois, le toucher ! Il devient un être bon et souriant et source de pensées positives et d’espoirs merveilleux (les cadeaux !). Pendant quelques semaines, le Père Noël entre dans leur quotidien et nourrit leurs rêves. De plus, leur monde est peuplé de héros, ils ont besoin de croire aux personnages forts, puissants, universels. Sa taille, sa grosse voix, ses habits éclatants font du Père Noël le plus ancien des super-héros ! Et quel que soit leur milieu social ou les croyances de leurs parents, les jeunes enfants côtoient le Père Noël chaque année. Attendre le Père Noël et rêver de sa visite aide l’enfant à développer sa patience. L’amusant dans cette histoire, c’est que les enfants sont les plus doués pour trouver les arguments qui justifient son existence ! Vous n’avez pas de cheminée ? Votre petit vous dira que le Père Noël passe par la fenêtre ! C’est ce que l’on appelle « la pensée magique ».

Une bonne communication En revanche, si votre choix est de ne pas entretenir le mythe du Père Noël, vous devez lui expliquer. Vous pouvez généraliser sur divers personnages et dire que chacun est libre de croire à ce qu’il veut. Car votre enfant ne doit pas se sentir différent, quand tous ses camarades parlent du Père Noël tout au long du mois de décembre ! L’âge auquel l’enfant commence à douter varie selon sa personnalité, la composition de sa famille et le milieu dans lequel il vit. Il n’y a pas de règle même si c’est généralement dans le milieu scolaire que le mythe va tomber…. Et que la période de transition peut être longue (on veut y croire encore !). Selon des spécialistes du développement, les parents devraient laisser leur enfant croire aussi longtemps qu’il le souhaite. L’important, ce n’est pas l’âge de la découverte mais le vécu face à cette nouvelle. Là encore, il est important d’en parler avec son enfant, et de l’amener à se forger sa propre opinion avec des questions plutôt qu’avec des grandes déclarations. Il convient surtout de rester attentif à ses émotions et de l’encourager à les exprimer. L’essentiel est de préserver le lien de confiance entre vous et de préserver la magie de Noël, qui n’est pas seulement l’apanage de ce grand bonhomme barbu ! Dites-lui qu’il peut continuer d’exister dans sa tête et dans son cœur… Enfin, il vaut mieux éviter de jouer sur le ressort « le Père Noël n’apporte des cadeaux qu’aux enfants sages », car ce n’est pas crédible, in fine, quand le sapin est garni de présents ! et que les enfants peuvent comprendre qu’il n’est pas seul contributeur et que des adultes sont généreux eux aussi. Noël doit surtout rester un moment de pensée positive, altruiste, de générosité et de fraternité.

Pré-Inscription